Publications

Rôle d’un simulateur virtuel de patient dans la formation continue et l’aide à la décision médicale : cas du projet EQUI ResHus

Résumé :Les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont communément perçues comme des outils d’accroissement de la performance des organisations publiques et privées. Leurs propriétés de stockage, de traitement et de transmission de l’information influencent sans conteste la qualité des échanges entre les acteurs ainsi que leurs capacités d’adaptation et de réactivité. La pratique médicale a considérablement évolué au fil des ans, le médecin ne peut plus se limiter à remplir uniquement sa mission de soins personnels. Lorsqu’il soigne un patient, le médecin doit prendre toute une série de décisions aboutissant à l’acte médical. Il agit en suivant un raisonnement qui implique tout à la fois des notions de connaissance, d’incertitude, d’expérience et de risque. Dans ce contexte, les TIC s’imposent comme un soutien à la prise de décision. En particulier, les systèmes d’aide à la décision (SAD) offrent aux acteurs à la fois une grande quantité d’informations et des modèles de résolution de problèmes nécessaires à leur traitement.

Le but de notre étude était de tester le rôle d’un simulateur de cas cliniques informatisés dans les hôpitaux périphériques du Mali. Il s’agissait d’une étude prospective, descriptive et qualitative, qui s’est déroulée sur une période de 28 mois (Janvier 2010 à Avril 2012). Dans cette étude, nous avons étudié différents aspects d’un système d’aide à la décision en médecine, ceci nous a conduits à élaborer une plateforme de consultation médicale informatisée. Nous avons implémenté cinq (05) vignettes dans ce programme c’est-à-dire des cas cliniques basés sur les algorithmes de prise en charge des malades et vérifier que ceci pouvait être utilisés par les professionnels de santé pour améliorer leurs pratiques quotidiennes.

Dans notre étude, la tranche d’années d’expériences la plus observée était de 1 à 3 ans soit 60 % des médecins. Trente cinq (35) de nos testeurs étaient très satisfaits de l’utilisation du programme en général soit une fréquence de 70 % . Les vignettes ont été jugées complètes par 64 % des médecins. La plupart des médecins testeurs jugent que les cas sont plutôt adaptés à la situation de prise en charge dans un hôpital de district comme le montrent les 42 % des testeurs plutôt d’accord. Globalement les résultats sont satisfaisants avec 62 % de ceux qui ont trouvé le diagnostic correct avec respectivement 70% pour l’Ulcère gastro duodénal, 50 % pour le Diabète, 70 % pour la Fièvre typhoïde, 80 % pour la Grossesse extra utérine et seulement 40 % pour la migraine. Les résultats aux items sur le coté approprié du programme, ainsi que l’influence de la vignette sur les futures prises en charge sont respectivement satisfaisants avec 52 % de plutôt d’accord, 70,6 % de tout à fait d’accord. 96% des médecins avaient eu du plaisir à résoudre un cas dont 78,4% de tout à fait d’accord.

L’apparition des systèmes d’aide à la décision répond à un besoin primordial du médecin : comment apporter une réponse efficace à un problème donné ? quel que soit son avenir et son savoir faire, le médecin ne dispose pas directement de l’ensemble des connaissances médicales, il n’a pas la capacité de toutes les synthétiser pour les intégrer dans sa pratique. Les SADM ont pour objectif de lui apporter cette aide. Cependant, leur utilisation courante dépend directement de leur capacité à s’intégrer dans cette pratique médicale quotidienne.


Document complet

Recherche

Info +

Nos partenaires